Reprise de la surveillance de la maladie de Schmallenberg (1er novembre 2012)

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

La surveillance de la maladie mise en place dès janvier dernier s’est achevée le 18 avril pour les ovins et le 31 aout pour les bovins.

Cependant, des naissances d’animaux présentant les signes du SBV congénital sont à nouveau constatées. Tout laisse penser que la circulation virale n’a pas cessé.

La plateforme d’épidémio-surveillance nationale a décidé de poursuivre la surveillance des formes congénitales de SBV liées à une circulation virale des printemps et été 2012 .

La coordination de cette surveillance est assurée par GDS France.

Comment s’organise cette surveillance ?

Suite à une suspicion clinique, un cas suspect en élevage bovin ou de deux cas suspects en élevage ovin, le vétérinaire réalise les prélèvements, renseigne la fiche de commémoratifs (télécharger ici) et transmet l’ensemble au laboratoire départemental.

 Quels prélèvements ?

Les prélèvements à privilégier sont soit le sang du nouveau né (avant prise colostrale) ou de l’avorton pour sérologie afin de rechercher les anticorps. Toutefois, si  l’animal est mort depuis trop longtemps lors du passage du vétérinaire, c’est un prélèvement de cerveau qui sera effectué dans l’objectif de faire une analyse PCR de recherche du virus.

 Suivi des résultats.

Le laboratoire fait parvenir les résultats à l’éleveur, au vétérinaire et au GDMA/GDS. Ce dernier est chargé de l’enregistrement des suspicions et des résultats.

Les éleveurs qui ont fait réaliser des prélèvements pour analyses SBV par leur vétérinaire depuis le 1er septembre entrent dans le dispositif rétroactivement.

 Financement.

En cas d’avortement au sens réglementaire (naissance avant terme ou mort dans les 48 h), le déplacement du vétérinaire sanitaire et la réalisation du prélèvement sanguin sur la femelle avortée seront pris en charge par l’Etat dans le cadre de la surveillance de la brucellose. En revanche, les prélèvements supplémentaires et les analyses SBV seront à la charge de l’éleveur.

source GDMA 76

événements

  • {0} - {1}

Plan de soutien

Plan de soutien : "Chaque Agriculteur doit avoir une réponse, sa réponse"

Toutes les émissions dans la médiathèque