Lettre ouverte à Emmanuel Besnier, Président de LACTALIS

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Rennes, le 7 juillet 2016

Monsieur le Président,

Les dernières annonces de prix du lait payé à vos producteurs soufflent un vent de panique et d’inquiétude dans les campagnes. Elles attisent une colère grandissante des producteurs vis-à-vis du groupe que vous dirigez.

Par cette lettre ouverte, le syndicalisme souhaite vous faire part de la détresse des éleveurs au regard du contexte économique mais surtout de l’incompréhension sur l’attitude de votre entreprise.

L’annonce du prix du lait pour juillet par Lactalis est un véritable coup d’arrêt pour les producteurs. Ils ne s’attendaient pas à des miracles mais ils espéraient que vous seriez à l’écoute des expressions des organisations de producteurs qui ont porté la voix des éleveurs lors des dernières discussions. Des organisations de producteurs que vous ne reconnaissez pas.

Quel message voulez-vous faire passer aux producteurs qui alimentent en lait vos sites de transformation ?
Les producteurs l’interprèteront sûrement comme une provocation. Mais certains y verront peut-être le signe d’un désintérêt de votre groupe pour la production laitière française sur laquelle pourtant vous vous appuyez pour vous développer à l’international.

Aujourd’hui, les producteurs Lactalis subissent la double peine. Leur croissance en volume est inexistante ou soumise à des charges supplémentaires. Les producteurs auraient pu l’accepter si la contrepartie prix s’était matérialisée sur les factures de lait. Au contraire, le groupe Lactalis affiche depuis de long mois un
prix du lait parmi les plus faibles de France.

La situation des producteurs est catastrophique. Chaque jour, les producteurs s’enfoncent un peu plus dans la crise et nombreux sont ceux qui se posent la question de leur avenir dans la production. L’absence de considération et de possibilité de se projeter accentue ce sentiment de mal être que nous percevons chez les producteurs.

Depuis plusieurs mois, les FRSEA, les FDSEA et les Jeunes Agriculteurs avec la FNPL ont travaillé pour proposer des actions pour soutenir les producteurs mais également l’ensemble de la filière laitière. Nos actions ont porté sur le maintien et la répartition de la valeur, sur l’étiquetage, sur une gestion européenne de la crise et sur un plan d’aide aux éleveurs.
Vous n’avez pas toujours été d’accord avec notre action. C’est normal, nous ne défendons pas les mêmes intérêts. Toutefois, vous en avez profité que ce soit sur le marché intérieur ou sur nos actions au niveau européen sans la reconnaître ou pire en la dénigrant.

Monsieur Emmanuel Besnier, nous attendons plus d’un groupe comme le vôtre. Il ne peut être grand s’il se conduit avec petitesse avec les producteurs. Il ne peut être grand s’il entraine la filière dans une spirale à la baisse.

Vous êtes très attaché à l’image de votre groupe et de vos marques. Soyez persuadé que votre politique menée actuellement ne l’améliore pas. Alors réagissez ! Si vous ne le faites pas pour les producteurs de lait, faites le pour votre groupe.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos salutations distinguées.

événements

  • {0} - {1}

Plan de soutien

Plan de soutien : "Chaque Agriculteur doit avoir une réponse, sa réponse"

Toutes les émissions dans la médiathèque