Lettre de campagne n°3 du 5 novembre 2012

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Produire !

La première mission dévolue à l’Agriculture est de produire pour nourrir la population. Afin de relever le défi planétaire de satisfaire les besoins alimentaires de 9 milliards d’habitants en 2050, l’agriculture française et européenne disposent d’atouts importants : des terres agricoles nombreuses et fertiles, le savoir faire des agriculteurs, des productions diversifiées, une industrie agro-alimentaire puissante.

Encore faut-il lui donner les moyens de produire !

Or la politique menée par le gouvernement et les instances européennes vont à l’encontre de cet objectif. Trois exemples pour illustrer ces propos :

Compétitivité : le budget des exonérations sur le travail saisonnier est amputé de 140 M d’euros. D’autre part, sous la pression de Bruxelles, le gouvernement renonce à mettre en place la mesure décidée l’an dernier sur l’allégement des charges (réduction de 1 € par heure) pour le travail permanent et dont le financement était assuré par une hausse de la TIC et une taxe sur les sodas ; prélèvement qui pourtant a été effectué (210 M d’euros).

Contraintes environnementales : dans le cadre de la directive Nitrates, l’administration entérine à la va-vite des mesures dogmatiques obligeant les exploitants à accroître leur capacité de stockage d’effluents, à couvrir 100% des sols en hiver, à classer les ¾ du pays en « Zone en pente ».

Autant de mesures qui alourdissent les charges financières et administratives des exploitations.

Biocarburants : la commission européenne veut réduire la production de biocarburants de 1e génération et ainsi affaiblir une filière montée par la profession et qui marche : débouchés pour les graines françaises, des usines, des emplois, des tourteaux français pour l’élevage.

S. Windsor

 

Téléchargez la "Lettre de campagne" N°3 au format PDF

Je souhaite m'abonner à la "Lettre de campagne"

 

Protection du Foncier Agricole

Grâce à notre combat syndical, la protection du foncier agricole est au cœur de tous les enjeux ! A nous, profession agricole de veiller à la bonne prise en compte de cet enjeu au sein de la CDCEA (Commission Départementale de la Consommation des Espaces Agricoles), lors de l’élaboration des documents d’urbanismes...

Réforme des études d’impact :pas de contraintes supplémentaires pour les agriculteurs !

Consultée par le Ministère de l’écologie sur un projet circulaire visant à mettre en application la réforme récente des études d’impacts, la FNSEA a vivement réagi pour remettre en cause l’interprétation extensive de la réglementation proposée par les pouvoirs publics. La réforme des études d’impacts est déjà lourde de conséquences pour les porteurs de projets agricoles, il n’est pas question d’ajouter des contraintes par le biais de circulaires !

Soutenir l’installation

Le 30 octobre, le Président de la République a reçu une délégation des jeunes agriculteurs, conduite par son président François Thabuis. François Hollande a promis une politique de l’installation « ambitieuse et rigoureuse » et a annoncé le lancement à partir de janvier des assises de l’installation déclinées en plusieurs débats dans les régions et dont les résultats des travaux s’inscriront dans la loi à venir pour l’Agriculture prévue en 2013.

Cette nouvelle politique souhaitée par le Président de la République devra palier aux disfonctionnements actuels en matière d’installation; revoir le dispositif des avenants qui alourdit la procédure et ne permet pas la consommation de toutes les enveloppes financières ; Freiner le désengagement de l’Etat.

 

Infos locales

La profession rencontre le Préfet

Cette semaine le Préfet de la région Haute-Normandie va rencontrer la profession agricole à 2 reprises.

Mardi 6 novembre : le Préfet rencontre une délégation de la FNSEA 76 conduite par son président Arnold Puech d’Alissac. Au programme de cette rencontre, tout d’abord les difficultés pour terminer les récoltes (maïs, pommes de terre, betteraves), réaliser les semis de céréales  avec la nécessité d’obtenir les dérogations nécessaires pour y parvenir (brûlage des lins, retournement des CIPAN avant le 15 novembre). Ensuite le classement des BAC (Bassin d’Alimentation de Captage) en zone ZSCE (Zones Soumises à Contraintes Environnementales) à laquelle la profession est opposée et qui va imposer sans aucune concertation des mesures systématiques obligatoires pas toujours justifiées  et sans indemnisation financière des contraintes qui seront générées. Enfin la préparation du 5e programme d’action dans le cadre de la directive Nitrates (couverture totale des sols en hiver, augmentation des capacités de stockage des effluents). Autant de mesures qui vont alourdir la tâche administrative et réduire la compétitivité  des exploitations.

Mercredi 7 novembre : le Préfet visite l’exploitation de Xavier Van Den Bossche à La Vieux Rue à l’initiative de la Chambre d’Agriculture. L’occasion pour celui-ci d’appréhender les difficultés de la filière porcine (travaux de mise aux normes des élevages, coût de l’aliment, compétitivité de la filière,..) mais aussi d’évoquer la problématique des BAC avec celui de Préaux. A l’issue de cette visite, le Préfet doit se rendre à la coopérative linière du Vert Galant.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

événements

  • {0} - {1}

Plan de soutien

Plan de soutien : "Chaque Agriculteur doit avoir une réponse, sa réponse"

Toutes les émissions dans la médiathèque